AUSTRALIE

grande perruche de pennant

Fichier:Crimson Rosella.jpg

Identification :
Les mâles adultes de la race nominale ont un plumage à dominante rouge. Le front et le pourtour des yeux sont traversé par une bande rouge qui contraste avec le gris-bleu du bas des joues. Les plumes du manteau des scapulaires et du dos sont noires avec des bordures rouges plus ou moins épaisses, ce qui donne à ces parties un aspect fortement écaillé. Les petites couvertures sont noires. La courbure de l'aile, les couvertures moyenes et les couvertures secondaires affichent une teinte bleu-violet. Les rémiges sont noirâtres. Le dessus de la queue est bleu foncé, excepté les rectrices externes qui ont des terminaisons blanches. Le dessous de la queue est gris-bleu clair.

La femelle ressemble assez au mâle. Toutefois, elle se distingue de son partenaire par un bec plus petit et par une mandibule supérieure plus étroite. Elle ne présente pas de rayure sous les ailes. Les juvéniles affichent un plumage à dominante vert-olive. Le front, le capuchon, les régions adjacentes aux joues gris-bleu, la gorge, le haut de la poitrine, les cuisses et les couvertures sont caudales sont rouges. Les rectrices sont vert-olive foncé. Le dessous des ailes présente une rayure.

Compte-tenu de la vaste superficie de l'aire de distribution, il existe de nombreuses variations géographiques dont certaines ont un aspect très différent : certains spécialistes ont répertorié 6 sous-espèces qui ont été réparties dans trois groupes de couleur. Le groupe rouge cramoisi comprend trois races : P.E.elegans, la race nominale, P.E.nigrescens, P.E. melanopterus) - Le groupe rouge-orange et jaune comprend 2 sous-espèces : P.E.fleurieuensis, P.E.subadelaidae. Enfin le groupe jaune ne contient qu'un race : P.E.flaveolus. Le Handbook of the birds of the world considère que seules les sous-espèces du groupe rouge cramoisi peuvent hériter de l'appellation perruche de Pennant. Flaveolus, fleurieuensis et subadelaidae sont considérés comme des espèces à part entière qui forment néanmoins une superespèce avec les trois autres.

Chant : Perruche de Pennant jacasse, siffle. Les perruches de Pennant ont un répertoire assez varié. Leur cri le plus courant est un "cussik-cussik" dissyllabique émis lorsque l'oiseau est en vol . On peut également entendre un "kwik-kweek-kwik" doux et sifflant , avec une légère inflection vers le haut pour la seconde note. Au repos, ces oiseaux produisent parfois de faibles gazouillements ou des "chinka-chink....chinka-chink" métalliques. En cas de danger, les perruches de Pennant émettent des cris perçants et aigüs

Habitat : Les perruches de Pennant fréquentent les forêts tropicales et subtropicales humides proches du littoral ainsi que les forêts montagneuses avoisinantes jusqu'à 1900 mètres d'altitude. On les trouve principalement à la lisière des forêts pluviales, dans les zones secondaires parvenus à un bon stade de maturité et dans les forêts denses d'eucalyptus. Au sud de la rivière Hunter , dans les Nouvelles-Galles-du -sud, elles sont répandues à toutes les altitudes. La race nominale Elegans marque une préférence pour les zones boisées épaisses mais elle pénètre volontiers dans les zones ouvertes et les terres cultivées où elle se mèle aux perruches omnicolores (Platycercus eximius). Elle visite également les parcelles de pins. A Kangaroo Island, où elle est la seule perruche présente, elle vit dans tous les types d'habitats boisés, s'adaptant également aux terres agricoles. Les races subadelaidae et fleurieuensis, parfois regroupées sous le vocable de perruche d'Adélaide, fréquentent les vallées forestières, les galeries d'arbres bordant les cours d'eau ou alignées le long des routes. Elles sont également présentes dans les vergers et les terres cultivées. La race flaveolus, appelée communément perruche flavéole, fréquente approximativement le même type d'habitat, c'est à dire les rideaux d'arbres dominés par les gommiers rouges le long des cours d'eau. Pour se nourrir, elle s'eloigne des rivières et fait des incursions dans les terres agricoles, les plaines inondables, ou les broussailles de "mallee".

Distribution : Les Perruches de Pennant sont endémiques de l'Est et du sud-Est de l'Australie ainsi que de certaines îles qui bordent le littoral. Leur aire de distribution s'étend sur la côte Est , du Nord du Queensland jusqu' Adelaïde et le golfe de Spencer. Elle pénètre peu profondement à l'intérieur du continent. Voici la répartition des différentes sous-espèces en allant du Nord vers le sud : P.E.nigrescens ( Nord-Est du Queensland, de Windsor jusqu' au plateau d'Atherton) - P.E.elegans, la race nominale, la plus largement répandue ( large bande côtière du centre du Queensland jusqu'au Cap Jaffa, en Australie méridionale) - P.E. fleurieuensis ( Uniquement, la péninsule de Fleurieu en Australie Méridionale) - P.E.subadelaidae ( Sud de la Chaine des Flinders, Australie Méridionale) -P.E melanopterus (Kangaroo Island) - P.E.flaveolus (berges de la rivière Murray et de ses affluents Lachlan et Murrumbidgee, sud des Nouvelles-Galles du sud).

Comportements : Les adultes sont sédentaires. Ils vivent habituellement en couples ou en petits groupes. A l'opposé, les juvéniles et les subadultes forment des groupes bruyants et assez nombreux qui errent localement et quittent le dortoir commun dès le lever du soleil. Leur activité principale se déroule le matin et en fin d'après-midi. Au milieu de la journée, ils se reposent dans les feuillages ombragés. Toutefois, si le ciel est couvert et que le temps est frais, ces oiseaux sont actifs pendant toute la journée. Les perruches de Pennant cherchent leur nourriture à terre, dans les arbres et dans les buissons. Elles se restaurent souvent en compagnie des perruches omnicolores (Platycercus eximius), mais si le groupe mixte est dérangé pendant son activité, les deux espèces se séparent en vol et prennent des directions opposées, chacune cherchant un abri de son côté. Les perruches de Pennant ne sont pas très timides, elles se laissent approcher à une très faible distance. En milieu urbain , elles sont particulièrement familières.

Nidification : La saison de nidification se déroule du mois d'Août au mois de Février et parfois même plus tard. Les perruches de Pennant nichent dans un trou de branche ou dans la cavité d'un tronc d'arbre. Elles choisissent généralement un eucalyptus mort ou en bonne santé, mais parfois elles installent leur nid dans un endroit aussi insolite que la poutre métallique d'une grue de chantier. Dans tous les cas, le nid est situé à une grande hauteur au-dessus du sol. La ponte comprend généralement entre 4 et 7 oeufs blancs, rarement 8, qui sont couvés pendant environ 19 jours. La femelle couve seule mais les oisillons reçoivent un soin égal de la part des deux parents. Le cycle de nidification est assez long et dure environ 5 semaines

calopsitte

 

 

 

La Perruche Calopsitte ou Cockatiel est un oiseau unique en son genre et exceptionnel.

Elle est originaire D'Australie ou on la retrouve en majorité à l'état sauvage.

Elle fait partie de la famille des Psittacidés et de l'espèce des Cacatoès.

Parfois elle peut être un peu criarde lorsqu'elle veut de l'attention, si vous avez la possibilité de garder deux calos elles seront moins bruyantes et plus calmes.

Certain mâle pourront apprendre quelques mots mais se sera plus facile de lui montrer à siffler.

Une calopsitte nourrit à la main sera une excellente compagne (mâle ou femelle), et vous restera fidèle toute sa vie.

Elle n'est pas un oiseau destructeur et habituée dès son jeune âge aux animaux de la maison, vous n'aurez aucun problème.

Fiche descriptive de la Perruche Calopsitte

Nom Français= Calopsitte

Nom Anglais= Cockatiel

Espèce= Nymphicus Hollandicus

Physique= Comme le Cacatoès elles ont une huppe érectile avec
une longue queue.Les Calopsittes ont plusieurs
variantes de couleurs qu'on appelle mutations.

Taille= 30 à 35 cm

Poids= 80 à 100 gr

Origine= Australie

Longévité= 10 à 15 ans

Maturité sexuelle= 15 mois pour les mâles
18 mois pour les femelles

Saison de reproduction= Toute l'année pour les calopsittes
vivant à l'intérieur.
Printemps et Automne pour les calos
vivant dans des volières extérieures.

Nombre de bébés= 4 à 7

Couvaison= 18 à 23 jours

Sevrage= 6 à 9 semaines

Sexage= Chez les mutations Grise et Cannelle les mâles ont le
le masque jaune contrairement aux femelles qui sont de
couleur uniformes sans le masque.
Sinon à l'âge adulte seul les mâles sifflent les
les filles, sauf de rares exceptions une femelle
pourra apprendre à siffler.

Les éleveurs :

  1. GUESQUIN Françoise

perruche kakariki

 

 janvier---mars-2010-351.jpg

Le kakariki est un oiseau discret, ses différents cris sont doux, contrairement à beaucoup de psittacidés, ce qui en fait un perroquet pour le moins « silencieux ». Il est toutefois très inquisiteur et curieux du moindre mouvement dans son environnement. La plupart du temps, le couple vit ensemble toute l’année.

Taille : Mâle : 27-28 cm

Espérance de vie :

Habitat : Il vit sur les deux îles principales de la Nouvelle-Zélande, ainsi que dans les îles Auckland (au nord).
On le trouve aussi bien dans la canopée que dans les arbustes des prairies ouvertes et même au sol. Il se nourrit activement de baies, de végétaux, de graines, de feuilles, d’insectes, de fleurs, de nectar et de pousses, tôt le matin et en fin d’après-midi. Il adore chercher les graines tombées au sol. Il ne dédaigne pas les invertébrés (larves,…). On le verra souvent retourné les feuilles et les écorces détachées des arbres, voir même gratter à même la terre. C’est un omnivore invétéré.

Description /Dimorphisme sexuel :

 Mâle : La couleur du plumage est en grande partie verte, nuancée par des zones légèrement plus claires à jaunâtre (le dessous du ventre). Le front ressort de cette uniformité par un rouge très profond, qui s’arrondit au milieu du dessus de la tête (la couronne). Une barre de la même couleur traverse l’œil, pour le dépasser à l’arrière (les lores) de 1 à 1,5 centimètre. Les couvertures primaires externes et les grandes rémiges sont bleues foncées, tirant sur le violet. Une tâche rouge, cachée par l’aile repliée, apparaît en vol sur les flancs. La base du bec, gris foncée, laisse apparaître sur le reste de cet appendice un gris clair bleuté de toute beauté. Les pattes sont grises, ongles sombres. L’œil est rouge profond. Le corps est trapu.

Femelle : La coloration est identique mais avec une taille plus mince et plus réduite. On peut clairement observer cette différence chez les oisillons au nid. On peut « assez facilement » reconnaître la femelle du mâle à la corpulence de l’oiseau, l’épaisseur de la base du bec (mais qu’en est-il d’une grosse femelle ou d’un mâle chétif ?). La femelle possède, selon Parr et Juniper (1998), « moins de rouge derrière l’œil » (mais les jeunes également). Elle possède aussi une barre sous-alaire (mais) que certains mâles possèdent également… Pas réellement de dimorphisme sexuel.

 

Les éleveurs :

  1. GESQUIN Françoise

perruche rosellas

 

Nom scientifique: platycercus flaveolus; Classification:  ordre des Psittaciformes, famille des Psittacidés; Origine: au sud-est de l'Australie, près des rivières Murray Murumbidgee en Nouvelle Galle du sud et en Australie méridionale. La taille de la perruche rosella est de 33 centimètres et elle peut vivre 15 ans environ

  

La perruche rosella se nomme aussi perruche flaveole ou perruche paille. C'est un oiseau robuste et qui se reproduit facilement. Elle est sociable, gentille, drole et elle aime être sur nous

à croupion rouge

Perruche à croupion rouge

 Fichier:Psephotus haematonotus.jpg

La Perruche à croupion rouge (Psephotus haematonotus) est une perruche du sud-est de l'Australie

Description

C'est une perruche élégante mesurant 28 cm de long. Le plumage du mâle présente une dominante vert émeraude avec le ventre jaune, le croupion rouge, les ailes et le haut du dos bleu clair. La femelle a un plumage moins voyant avec un poitrail presque jaune, un ventre vert olive, des ailes et un dos vert sombre (on peut noter des plumes bleu turquoise sur la racine des ailes), l'extrémité des ailes bleu foncé et surtout l'absence de rouge au croupion, qui est d'un vert vif.

Distribution et habitat

Cette espèce est très commune dans le sud-est de l'Australie particulièrement dans le bassin du Murray-Darling.

Elle vit dans les régions peu boisées, près de l'eau mais pas dans les régions côtières. On les rencontre dans les banlieues et les parcs urbains.

Alimentation

Elle se nourrit de graines (essentiellement de graminées) et d'herbes trouvées sur le sol où elle passe la plupart de son temps. Elle consomme également des fruits, des baies et du nectar.

Reproduction

Elle niche dans le creux des arbres.

 

Les éleveurs :

  1. GARRE Cyrille

perruche de barraband

Perruche de Barraband

Fichier:Superb parrot email.jpg

La Perruche de Barraband (Polytelis swainsonii) est une perruche du Sud-Est de l'Australie. C'est une espèce menacée (il n'en reste plus que quelques milliers) par disparition des vieux eucalyptus où elle va nic

Description

C'est un oiseau de 40 cm. de long avec une longue queue étroite. Le plumage est vert avec un vert plus brillant chez le mâle. Chez le mâle le front et les joues sont jaunes avec une bande rouge barrant le cou. Le bout des ailes est bleu. La femelle a la tête bleutée.

Distribution et habitat

Elle habite les bois d'eucalyptus, dans la vallée du fleuve Murray, au Nord de l'État de Victoria et au sud-Est de la Nouvelle-Galles-du-Sud.

Alimentation

Elle se nourrit de fleurs d'eucalyptus, de bourgeons, de graines, de nectar et de pollen.

Mode de vie

Elle vit souvent en bandes, quelquefois uniquement en couples dans la canopée où elle passe ses journées pour descendre se nourrir le matin et le soir.

C'est une perruche facile à élever si elle n'est pas isolée

 

Les éleveurs :

  1. .

Perruche omnicolore

 Fichier:Eastern Rosella at Hobart Domain upright.jpg

La Perruche omnicolore (Platycercus eximius) est un oiseau de la famille des Psittacidae.

Description

D'une longueur moyenne comprise entre 29 et 33 cm pour un poids de 70 à 100 g, la Perruche omnicolore est, comme son nom l'indique, dotée d'un plumage très coloré. Les plumes du dos sont noires bordées de jaune et de jaune-vert, la tête et le haut de poitrine sont rouge vif, le ventre est jaune, les joues et le menton sont blanc laiteux, le bas de la poitrine est jaune, l'abdomen est vert clair, le croupion bleu clair, le bec gris, les yeux brun foncé, et les pattes grises.

L'espèce présente un dimorphisme sexuel puisque la femelle a la tête et la poitrine moins rouge que le mâle, une bande sous-alaire blanche, des joues blanches tirant légèrement sur le gris, ainsi qu'une coloration plus terne que celle du mâle. Le mâle quant à lui a le crâne plus aplati que la femelle. Les jeunes ressemblent à la femelle, l'arrière de leur tête et leur nuque sont verts.

Si sa longévité est de l'ordre de 12 à 15 ans à l'état sauvage, elle peut dépasser les 20 ans en captivité, âge auquel elle arrive encore à se reproduire.

Habitat

Cette espèce se rencontre principalement dans les régions boisées et les savanes jusqu'à 1 300 mètres d'altitude, toujours à proximité de cours d'eau, d'habitations et de champs cultivés ou de vergers, où elle peut faire de gros dégâts. Elle se protège de la chaleur de la pleine journée en se cachant dans les eucalyptus.

Distribution

Cette espèce peuple le sud-est de l'Australie, de Nouvelle-Zélande (où elle a été introduite), et de Tasmanie,

Alimentation

Elle se nourrit principalement de graines, de fleurs, de fruits, et parfois d'insectes. Elle raffole des baies de pyracantha et d'aubépine, et cherche aussi les graminées sur le sol, mais parfois la perruche omnicolore aime aussi déguster des cacahouètes.

Mode de vie

Les perruches omnicolores sont d'un caractère très sociable et vivent par petits groupes en hiver et se séparent par couple pour la reproduction.

Reproduction

La saison de reproduction se situe au printemps, et si un trou d'arbre lui sert habituellement de nid, elle peut tout aussi bien loger dans une souche au sol, voire un terrier de lapin.

La femelle, qui peut se reproduire plusieurs fois dans l'année, pond entre 4 et 6 œufs blancs qu'elle va couver durant 21 jours. Les premiers jours, les petits sont nourris uniquement par leur mère puis, plus tard, par le père également. Après 4 à 5 semaines ils ont pris leur premier plumage, mais seront nourris par les parents jusqu’à leur indépendance. Au bout de 5 à 6 semaines après leur naissance, ils quittent le nid, mais seront encore dépendants des parents pour 2 semaines. Ils acquièrent leur plumage d’adulte vers la fin de leur première année d'existence.

Les éleveurs :

  1. GARRE Cyrille

perruche stanley (à oreilles jaunes)

 

Identification :
C'est la plus petite des perruches du genre Rosella et la seule à posséder de larges joues jaunes. Les adultes sont nettement dimorphiques. Chez l'adulte mâle de la race nominale, la tête et les parties inférieures sont rouge éclatant. Les plumes du manteau, du dos et des scapulaires sont noires avec de larges bordures vertes formant de grosses écailles. Les bordures vertes sont parfois infiltrées de rouge. Les couvertures intérieures sont vert terne, alors que les extérieures sont bleu foncé. Entre les deux, on peut apercevoir un peu de noir sur les couvertures moyennes. Les primaires sont noirâtres. Le croupion est vert foncé. Les rectrices centrales sont également vert foncé, mais les rectrices externes sont bleues avec des pointes blanchâtres. Le dessous des ailes ne porte pas de rayure.
La femelle adulte présente un front rouge terne. La calotte et les côtés du cou sont verts. Les joues sont jaunes, mais plus ternes et moins développées que chez le mâle. Les parties inférieures sont vertes avec des infiltrations de rouge. Le dessous de l'aile porte une rayure pâle. Les immatures ressemblent aux femelles. Ils ont une tête verte avec bande rouge-orange sur le devant du front. Les joues jaunes sont absentes. Le dessous est vert pâle, avec de légères infiltrations de rouge-orange chez les jeunes mâles.
Les individus de la race xanthogenys ne sont guère différents de ceux de la race nominale. Les adultes ont toutefois un croupion et des sus-caudales de couleur gris-olive. Les bordures des plumes du dos sont rouges ou chamois grisâtre, mais non pas vertes. Les joues ont une couleur jaune-crème pâle. La queue est bleu foncé chez le mâle, bleu terne chez la femelle. Les juvéniles sont une pâle copie de la femelle.

Chant : Perruche à oreilles jaunes jacasse, siffle. Les perruches à oreilles jaunes ont un répertoire de cris qui est assez voisin de celui des autres perruches du genre Rosella. Toutefois, ils émettent des "kwink-kwink.... kwink-kwink.." plus doux et plus mélodieux que ceux de leurs proches parents.

Habitat : Les perruches à oreilles jaunes sont rarement très communes. On les trouve à des densités très variables dans les peuplements d'eucalyptus et dans de nombreux types d'habitats forestiers ouverts. Elles fréquentent également les prairies pourvues de quelques arbres, les terres agricoles partiellement défrichées et les lambeaux d'arbres résiduels qui bordent les champs de céréales ou les bas-côtés des routes. Elles visitent volontiers les vergers et les champs récemment moissonnés. Elles pénètrent occasionnellement dans les parcs, les jardins et les parcours de golf. Dans les zones proches du littoral, les perruches à oreilles jaunes ont sans doute bénéficié de la transformation des forêts denses en terres agricoles. Par contre, elles ont été chassées de terres de l'intérieur par des programmes de déforestation à grande échelle. Les perruches à oreilles jaunes souffrent de la concurrence des perruches à collier jaune (Platycercus zonarius) qui partagent le même type d'habitat et qui sont des oiseaux plus puissants et plus agressifs.

Distribution : Les perruches à oreilles jaunes sont endémiques du sud-ouest du continent australien. Leur aire de distribution couvre principalement la région côtière qui va de Perth à Albany en passant par Augusta et s'enfonce quelque peu à l'intérieur des terres. Deux sous-espèces sont officiellement reconnues : la race nominale icterotis qu'on trouve presque exclusivement sur le littoral et la race xanthogenys qu'on peut observer surtout dans la région de l'intérieur.

Comportements : Les perruches à oreilles jaunes sont des oiseaux sédentaires. Elles vivent généralement en couples ou en petits groupes et il est extrêmement rare de les trouver en bandes. Elles sont calmes et discrètes, ce qui fait qu'elle passent assez souvent inaperçues quand elles se nourrissent à terre ou qu'elles cherchent un abri à la cime des arbres. Aux alentours des habitations, les perruches à oreilles jaunes font preuve d'une belle confiance ou d'une constante familiarité, pénétrant dans les granges ou dans les enclos à volailles pour y dérober les graines qui y sont répandues. Contrairement aux autres perruches, elles possèdent un vol stable composé de multiples battements. Elles se déplacent sur de courtes distances, préférant voyager d'un arbre à l'autre que de traverser de longs espaces ouverts.

Nidification : La saison de nidification se déroule du mois d'août au mois de décembre. Le nid est installé dans un trou de branche ou dans la cavité d'un tronc d'arbre. Le couple choisit généralement un eucalyptus wandoo ou un gommier du genre Salmonophloia. La cavité doit être assez profonde et le fond doit être tapissé d'une couche de sciure de bois. Avant l'accouplement, le mâle parade devant sa partenaire. Il se penche vers l'avant sur son perchoir tout en lançant des cris bien spécifiques. Si la femelle est d'accord, elle répond de la même façon. La ponte comprend habituellement de 3 à 7 oeufs qui sont couvés pendant 19 jours. La femelle se charge seule de l'incubation, mais elle fait une pause dans la matinée et en fin d'après-midi pour être ravitaillée par le mâle. Les jeunes sont nidicoles et ne s'envolent pas avant qu'ils aient atteint l'âge de 5 semaines.

Régime : Les perruches à oreilles jaunes se nourrissent principalement de graines herbeuses et d'autres végétaux qu'ils trouvent dans les champs de chaume. Elles consomment également des fruits, des baies, des fleurs du Jarrah (Eucalyptus marginata) et des graines du palmier Zamia. Elles pénètrent dans les vergers où elles occasionnent quelques dommages.

Les éleveurs :

  1. GARRE Cyrille

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×