canards

canard de barbarie

Canard de Barbarie

Canard de Barbarie  
Cairina moschata head norway.jpg

Espèce  
Taxon(s) concerné(s)
Nom scientifique Cairina moschata
Région d’origine
Région Amérique du Sud
Caractéristiques
Dimorphisme sexuel Grande taille
plumage
Plumage Noir et blanc (mâle)
Blanc (femelle)
Autre
Diffusion Mondiale
Utilisation Ponte/plume/viande

Le Canard de Barbarie désigne les races de canard domestique issue d'une espèce de canard sauvage américain appelé Canard musqué. Bien qu'il soit un oiseau d'origine tropicale, il s'adapte aux climats tempérés et peut supporter des températures allant jusqu'en dessous de -12°C.

La cane préfère couver dans des emplacements un peu sombres. Elle pond d'une douzaine à une vingtaine d'œufs.

Reproduction

Une femelle et ses canetons

La durée d'incubation des œufs est de 35 jours. Durant la couvaison, la femelle quitte son nid seulement 30 minutes par jour environ, temps nécessaire pour subvenir à ses besoins vitaux comme se nourrir, boire et déféquer. Les canetons peuvent mettre jusqu'à 24 heures pour casser leur coquille. Ils suivent leur mère car celle-ci leur prodigue la chaleur corporelle qu'ils n'arrivent pas encore à maintenir tout seuls. Le père ne participe pas à l'élevage des poussins bien qu'on ait remarqué, dans les régions tempérées, que certains mâles pouvaient prendre part au réchauffement nocturne des poussins.

Un mâle et sa femelle

Description

Le mâle est beaucoup plus gros que la femelle. Le canard de Barbarie se reconnaît facilement à la peau rouge qu'il porte sur la tête, de la base du bec jusqu'au cou, en particulier chez le mâle. De plus, celui-ci porte sur le bec une extension de peau, contrairement à la femelle. Quand il est en colère ou qu'il se sent menacé, le canard de Barbarie hérisse une crête de plume en haut de la tête.

Comportement

Le canard de Barbarie adulte est calme et silencieux. Incapable de voler en raison de son poids élevé (contrairement à sa femelle qui est légère), il déambule en balançant curieusement la tête. La cane niche dans des coins abrités, parfois en hauteur (boîtes, arbres creux, greniers ouverts).

Les mâles de cette espèce peuvent parfois se montrer agressifs pour défendre leur nourriture, leur territoire ou leur femelle ; les coups de bec sont douloureux mais sans conséquence. La femelle, quant à elle, n'hésite pas à attaquer les autres animaux et même l'homme pour défendre ses œufs ou ses canetons. Elle donne des coups d'ailes, elle pince, elle griffe avec ses pattes et l'ergot que possède les barbaries sur le pouce. Les canards de Barbarie aiment être entourés de congénères avec lesquels ils peuvent communiquer de différentes façons : le mâle peut faire savoir à un autre qu'il n'est pas le bienvenu en émettant une sorte de sifflement sourd et saccadé, il peut également effrayer l'intrus en exécutant une sorte de danse ou il avance en baissant et levant la tête tout en émettant des cris sourds. Le canard adverse peut répondre en adoptant la même attitude. Le canard de Barbarie est surtout actif le matin et le soir, moment de la journée où la chaleur est moins ardente dans les régions tropicales d'où il est originaire. L'après-midi est consacré au repos, à l'ombre. Le canard de Barbarie vit toujours près de l'eau. Il entretient attentivement son plumage par de nombreux toilettages au cours de la journée.

Alimentation

L'alimentation est composée de maïs, blé, pois, lombrics, limaces, d'insectes et de tout petits mammifères (souris, taupes) ou petits poissons (de 10 à 12 cm).

Domestication

Il fut domestiqué par les sud-amérindiens puis a été introduit par les Espagnols en Europe au XVIe siècle; il est présent aujourd'hui dans de nombreuses parties du monde. La domestication du Canard musqué est assez simple.

Le Canard de Barbarie est représenté dans les élevages essentiellement par deux variétés :

  • noire et blanche ;
  • blanche.

mais existe également dans ces variétés :

  • noire
  • bleue
  • bleue et blanche
  • rouge (acajou)

Utilisation par l'homme

Croisement

Le canard de Barbarie est différent du canard européen, mais il peut se croiser avec lui, donnant un hybride stérile, le mulard.

  • Le canard de Barbarie et le mulard sont les races les plus aptes au gavage pour obtenir du foie gras. Le canard du sud-ouest, n'accepte que ces races.

Élevage

Le canard de Barbarie s'il est pris petit par l'homme, ou encore mieux un enfant, se laissera très bien apprivoiser - tout comme un chien ou encore un chat - mais il s'agit d'un gros oiseau qui demande d'autres soins parfois particuliers, comme avoir un point d'eau suffisamment grand afin qu'il puisse s'y baigner et y faire sa toilette tranquillement. Sans aide, il se débrouillera très bien. Mettez à sa disposition une niche s'il n'a pas de local ou un poulailler pour qu'il y passe la nuit. Au fur et à mesure qu'il grandira, l'enfant et l'oiseau se comprendront très bien, au point d'étonner de leur complicité.

Divers

Le terme Barbarie désigne manifestement une région étrangère et inconnue dans le nom de l’espèce canard de Barbarie. Celui-ci étant d'origine d’Amérique du Sud, il était donc inconnu en Europe avant la découverte de l’Amérique.

Les éleveurs :

  1. Michel BORDIS

coureur indien

Coureur indien

Coureur indien  
Runner-ducks.jpg
Couple de canards coureurs indiens

Espèce  
Région d’origine
Région Angleterre Angleterre
Caractéristiques
Taille Moyenne
Plumage Diverses couleurs
Autre
Diffusion Mondiale
Utilisation Œufs, ornement;

Le coureur indien est une race de canard originaire d'Angleterre, probablement importée dans ce pays en provenance d'Asie D'abord sélectionné pour la ponte, pour laquelle les canes ont de grandes performances et produisent en moyenne 200 œufs par an, ce canard est maintenant de plus en plus répandu dans le monde comme canard d'ornement. Il doit cette popularité à sa démarche particulière, quasi-verticale et donnant l'impression de toujours courir.

Origine

Canards coureurs indiens

Un certain flou demeure autour de l’origine du coureur indien. Pour certains, il a été importée par les Anglais d’Asie au cours du XIXe siècle. Son origine précise diffère selon les auteurs, la Malaisie, la Chine et le nord de l'Inde revenant régulièrement. La race est citée comme très ancienne dans ces pays, comme en témoignent des gravures sur des pierres retrouvées sur l'île de Java et qui suggère que la race existait déjà il y a 2000 ans. Cette origine est toutefois controversée. Voitellier écrit d’ailleurs en 1925 que « ses premiers propagateurs ont reconnu lui avoir donné son nom sans souci de son origine ». Par ailleurs, des auteurs décrivent depuis bien longtemps des canards ressemblant au coureur indien en Europe, comme Buffon dès le XVIIIe siècle. Pour certains encore, c’est une race récente issu du croisement entre des canards de Pékin et de Virginie[1].

Quelle que soit son origine, c’est en Angleterre que ce canard s’est développé au cours du XIXe siècle. Il est sélectionné par les éleveurs de ce pays pour ses qualités de ponte, et est vraisemblablement croisé avec diverses races anglaises. Repris par les éleveurs d’animaux d’ornement à la fin du XXe siècle, il est exporté dans le monde entier.

Description

Le coureur indien possède une allure bien caractéristique

Le coureur indien se caractérise principalement par son port quasi vertical, quand les autres canards présentent une ligne du dos plus ou moins horizontale, et son allure vive. Son corps est mince et allongé, avec un long cou se terminant par une tête mince, des petites ailes qui ne lui permettent pas de voler, et des pattes portées très en arrière. Toutes ces caractéristiques ne font que renforcer l’impression verticale que donne ce canard. D’un point de vue anatomique, ce port particulier est lié à son fémur particulièrement court, implanté de manière bien postérieure à celui des autres canards.

À l’origine blanc, on rencontre aujourd’hui diverses colorations du plumage. On rencontre ainsi des variétés blanches, noires, brunes, bleues (couleur gris ardoise), sauvages (reprenant la coloration du canard colvert, avec dimorphisme entre mâles et femelles), truitées, panachées (fauve et blanc), jaune pois et sauvages argentées.

C’est un canard léger, qui pèse entre 1,75 et 2 kg. Il est très peureux, moins bruyant que l'oie mais plus que le canard de Barbarie (qui est muet).

Aptitudes

Le coureur indien est principalement réputé pour ses facultés de ponte. La cane pond des œufs d’environ 65 g minimum, à la coquille blanche pour la plupart des variétés, et verdâtre pour les variétés foncées. C’est une excellente pondeuse qui pond en moyenne 200 œufs dans l’année dans des conditions favorables, le record étant de pas moins de 350 œufs en 365 jours. Elle pond dès l'âge de 6 mois, et poursuit de manière soutenue durant 3, 4 voire 5 ans. La couvaison dure environ 28 jours.

La viande de ce canard est abondante par rapport à sa taille, et elle est savoureuse. Ce canard léger a des besoins alimentaires moindres que les grosses races, et il se nourrit de vers et d’insectes qu’il trouve en fouillant la sol et l’herbe.

À l’heure actuelle, ses qualités de pondeuses sont peu à peu laissées de côté, et ce canard a tendance à devenir uniquement un canard d’ornement, rendu populaire par son allure caractéristique. Les coureurs indiens sont aussi très utiles au potager pour éliminer limaces et escargots et, à la différence des poules, ils ne font pas de dégâts car ils ne grattent pas le sol.

Sélection

D’abord sélectionné en Angleterre sur ces facultés de ponte, ce n’est plus l’objectif prioritaire des éleveurs. En effet, son allure en a fait un canard d’ornement prisé, et l’attention des éleveurs et donc maintenant portée sur des caractéristiques physiques irréprochables. C’est pourquoi la race voit ses capacités à pondre régresser actuellement. Par ailleurs, les éleveurs cherchent à développer de nouveaux coloris, et sont à l’origine des très diverses variétés existantes de ce canard.

Le coureur indien a également participé à la création d’autres races, comme l’orpington et le kaki-campbell qu’il a contribué à créer.

Les éleveurs :

  1. Michel BORDIS

canard rouen clair

Canard de Rouen

Canard de Rouen  
Canardderouen.JPG

Espèce  
Taxon(s) concerné(s)
Nom scientifique Anas platyrhynchos
Région d’origine
Région France (Normandie)
Caractéristiques
Dimorphisme sexuel Plumage
Plumage Gris-brun, tête verte (mâle)
Beige tâché de brun (femelle)
Autre
Diffusion France
Utilisation Ponte/viande

Le canard de Rouen est une race de canard élevé en Normandie depuis de longue années. Il est issu de la sélection du canard colvert en vue d'augmenter son poids. On distingue le Rouen clair du Rouen foncé, celui-ci étant issu de la sélection du premier par les éleveurs anglais.

Le canard Rouen clair

Le canard de Rouen clair est issu de l’amélioration du canard Colvert par la sélection. Cette sélection débuta dans la région de Rouen à la fin du XIXe siècle, aboutissant sur des canards d’environ 3,5 kg. Mais il fut très rapidement supplanté par d’autres races. De 1910 à 1920, sous l’impulsion d’un éleveur nommé Garry, l’amélioration de ce canard est reprise avec des croisements avec le canard Colvert. On obtint des animaux de 4,5kg. Le standard de la race est adopté en 1923. La cane pond des œufs à coquille verdâtre très claire, au minimum de 80g. Le Rouen clair est apprécié pour sa chair savoureuse. C’est un de nos meilleurs canard de rapport.

Le canard Rouen foncé

Il est issu de la sélection du canard Rouen clair par des sélectionneurs anglais. Il en diffère par son coloris plus sombre. Il se déplace plus difficilement et plus lentement. La cane pond des œufs de 80g minimum à coquille verdâtre avec des nuances diverses (blanchâtres, bleuâtres). La cane et le canard pèsent respectivement 3 et 3,5 kg.

Diffusion

Le canard de Rouen est bien reconnu à l’étranger, notamment sa variété foncée.

Les éleveurs :

  1. Michel BORDIS

canard orpington

 

  Orpington

Le canard Orpington a comme initiateurs les frères Cook, en Angleterre, les fils de William Cook, le créateur de la poule du même nom. Ils voulaient obtenir un canard de couleur fauve comme pour la poule Orpington. Leur sélection date de la fin du 19ème siècle. Et leur but était d'obtenir un canard à 2 fins : chair et ponte. Pour cela, ils eurent recours à des croisements successifs de plusieurs races : l'Aylesbury pour le volume et la précocité, le Rouen pour le volume, le Cayuga pour le volume et la ponte, et le Coureur Indien pour la ponte. Ils obtinrent un canard de 3 kg et une cane de 2,5 kg, pondant des oeufs de 65 g à la coquille allant du blanc pur au vert, et au coloris fauve presque uniforme. Dans la première moitié du 20ème siècle, cette race était une championne de ponte.

Les éleveurs :

  1. Michel BORDIS

canard colvert

Canard colvert

Canard colvert
 Couple : Femelle à gauche et mâle à droite
Couple : Femelle à gauche et mâle à droite
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

Le Canard colvert (Anas platyrhynchos), aussi nommé « canard mallard » au Canada est un oiseau de l'ordre des ansériformes, de la famille des anatidés et de la sous-famille des anatinés. C'est certainement le plus connu et reconnaissable de tous les canards, du fait de l'existence de races de canards domestiques issues de cette espèce.

Description

Morphologie

Sauvage, le colvert mesure de 50 à 68 centimètres de long pour un poids moyen de 1,2 kilogramme pour le mâle et 1,1 kilogramme pour la femelle et une envergure de 78 centimètres à 1 mètre.

Les races domestiques sont en général plus lourdes et pondent plus que les individus sauvages.

Plumage

Le mâle des populations sauvages est aisément reconnaissable, pendant la période nuptiale (mue deux fois par an), par sa tête d'un vert brillant (d'où son nom). Le reste du plumage est gris-brun à blanc, avec un miroir alaire bleu-violet ; le bec est jaune. Après la période nuptiale, il mue et prend son plumage éclipse (de couleur beige semblable à celui des juvéniles et des femelles) et perd ses rémiges. Il vit alors dans les roseaux et les hautes herbes. Trois semaines plus tard environ, les mâles reprennent alors leur plumage nuptial, cette période court de juin à août.

La femelle a le bec brun, et le plumage plus terne (beige tacheté de brun) et ressemble à celui du Canard noir bien que généralement de teinte plus claire. Le bec du mâle est jaunâtre ou verdâtre, plus ou moins tâché de noir, et ses pattes sont rouge-orangées. Mâle, femelle et juvénile disposent d'un miroir iridescent bleu-violet bordé de barres blanches sur les ailes. La tête des canetons est plus orangée avec une calotte, le dos, une barre sur l'œil et la face dorsale des ailes bruns foncés, le poitrail blanc. Les races domestiques peuvent être complètement blanches, noires, vertes comme le Cayuga, ou d'apparence assez semblable à la population sauvage comme les Campbells. Les canetons domestiques sont le plus souvent complètement jaunes.

Le colvert peut vivre jusqu'à 29 ans, mais vit en moyenne 5 ans.

Comme les autres canards, le colvert cancane, caquète ou nasille. Le cri de la femelle est bruyant et rauque, celui du mâle plus doux

Comportement général

Le colvert est le canard le moins farouche. Il s'acclimate facilement à la vie urbaine et craint peu l'homme. Il se reproduit fréquemment avec d'autres espèces (Canard noir en Amérique, Canard pilet en Europe ou son congénère le canard domestique), ce qui peut poser des problèmes de pollution génétique au sein des populations sauvages (et domestiques). Il est très grégaire en dehors des périodes de reproduction, et les femelles sont très fidèles aux mêmes territoires en y retournant tous les ans.

 

Les éleveurs :

  1. Michel BORDIS

canard duclair

  Le canard Duclair
Canard originaire de Normandie, il porte le nom d'une ville de cette région. Il est issu de canards régionaux ; son standard a été établi le 11 novembre 1923. Cependant, dans plusieurs pays européens, des races semblables sont reconnues sous des noms différents, comme le canard belge de Termonde, le canard Suédois et le canard de Poméranie (Allemagne). Ce qui est normal, car on obtient facilement des canards noirs à bavette blanche par croisements de canards genre Rouen et de canards noirs ou blancs. Il faut ensuite sélectionner les canards pour obtenir des sujets conformes au standard.
Le canard doit peser 3 kg, la cane 2,5 kg, les oeufs 70 g ; coloris de la coquille régulier, plutôt vert à bleuâtre.

Les éleveurs :

  1. Michel BORDIS ( noir et bleu )
  2. Jean-marie AUBERT

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×